AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {LIBRE} - blind fools.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: {LIBRE} - blind fools.   Jeu 12 Mar - 1:59


And I'll show you a world
that you can’t understand


L’air s’engouffrait dans sa poitrine profonde, fière et puissante, ses muscles jouaient sous sa peau veloutée, et le tapis d’éclats rouges dans lequel il s’enfonçait reflétait une lueur sanglante dans son regard d'acier liquide. La clairière dite « du chasseur » n'avait jamais inspiré Isolyth ; la peur n'était plus qu'une notion étiolée, filée dans la toile trouée de ses souvenirs. Qu'avait-il a peine, sinon le droit de mourir à nouveau ? Ses pattes l’entraînaient toujours plus loin, comme si la concentration, la réflexion dont il avait usé pendant plusieurs heures avait besoin d’être évacuées d’une quelconque manière. Cela ne lui arrivait pas souvent de se dépenser, préférant à la course la marche silencieuse, n'attirant pas les regards. Glissant comme une ombre dans le décor, il avait eu la malchance de rester blanc dans un monde tout sauf polaire, où son poil de nacre n'était plus un avantage. Ne pas faire de bruit restait sa seule arme pour éviter la masse et son envie dégoulinante de tendresse réciproque.
 
Le regard perdu dans l'horizon, la brise caressant sa toison d'une main au toucher satiné, le loup ne sentait plus que des émotions primaires, intemporelles. Son corps se détendant lors de la phase de galop où ses quatre pattes se décollaient du sol ; la moquette de mousse et de feuilles imprimant une trace humide sur ses coussinets ; les odeurs de terreau fertile qui s'engouffraient dans ses narines, mêlées aux senteurs fleuries des corolles gorgées de rosée. Un ressenti vivifiant, réconfortant. Animal.

Soudain, il fit un écart, bondissant de ses quatre membres afin d’éviter un tronc d’arbre mort, lui barrant le chemin après un virage en épingle. Il en esquiva plusieurs de cette façon, puis, alors que le souffle venait à lui manquer, il ralentit la cadence pour finir presque statique. Il décida qu’il en avait assez fait, et de son regard décoloré, se plongea dans l’analyse des lieux. Il avait couru et était à présent assis sur un tapis de feuille particulièrement épais. Uniquement des feuilles d’automne, aux couleurs flamboyantes.  Le reste du « bois » était très monotone. Seulement des troncs d’arbres morts pour la moitié couchés au sol en train de pourrir, et l’autre hérissés vers le ciel dans un ultime désir malsain de vie. 
Ridicule. 
 
On ne peut échapper à la fatalité. On tente de la détendre, de la distordre, de la briser, mais elle revient toujours à sa place initiale… Elle finit toujours par nous rattraper… Alors pourquoi s’acharner? Seul les faibles, avec ce désir primaire de vivre, vivre uniquement pour vivre, pour pouvoir se réveiller tous les matins en se leurrant d’une joie artificielle. Lui n’était pas comme ça ; sa félicité avait disparu le jour où le mensonge dans lequel on l'avait baigné depuis son enfance était tombé. A l'instar de son corps dans un ravin.  

Le décor aux contours adoucis et aux couleurs pastels avait cédé, révélant le monde tout en aspérités qui se dressait face à lui. Les branches couvertes d'épines, les montages, dents acérés tailladant le ciel gris anthracite, les eaux grondantes, les tempêtes rageuses, la nature haineuse. Il voyait tout cela à présent. Cette même nature peuplée d'une faune qui se complaisait dans sa cécité crasse et rassurante. Ils se réjouissaient tous de leur aubaine, de cette seconde vie, de cette deuxième chance de recommencer leur histoire. Ils bénissaient le dieu inconnu. L'en remerciaient pour ce cadeau si précieux.

Ce n'était pas son cas.
Lui n’était ni tout à fait vivant… 
Ni tout à fait mort. 
 
Revenir en haut Aller en bas
 

{LIBRE} - blind fools.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Try again :: Les frontières du Royaume :: La clairière du chasseur-